Le message d’alerte de Camille, jeune aide-soignante : « Il y a le Covid-19 certes, mais il y a aussi la bêtise des gens et c’est tout aussi dangereux »

Nous sommes en confinement. Le mot n’a pas été dit par notre Président mais, dans la réalité, nous sommes tous priés de rester chez nous. En plein flou sur nos sorties, nos libertés, nos droits, une jeune aide-soignante de 22 ans, Camille Cachoux, a posté une photo sur Instagram qui a fait le tour du réseau social… Sa maturité, son engagement et la passion de son métier nous donnent à réfléchir sur nos agissements, notre comportement en cette période difficile. Elle nous éclaire, bien plus qu’elle nous fait peur, et c’est avec une immense reconnaissance que nous lui donnons la parole aujourd’hui. Plus longuement qu’un post sur Instagram.

N’hésitez pas à faire circuler cette interview, son message et son courage : c’est l’une des héroïnes de notre quotidien, en ce moment, en pleine crise du Covid-19. Bravo Camille, nous sommes fier.e.s de toi, chaque jour et nous te soutenons.

J’ai fait ce post afin de me faire entendre. De faire entendre la détresse du personnel soignant face à la propagation du virus et au manque de civisme des Français. Je n’ai que mes mots pour essayer de raisonner les gens qui n’ont toujours pas saisi le principe même du mot confinement.

Camille, est-ce que tu peux te présenter ? Que fais-tu dans la vie ?

Alors moi c’est Camille, je vais avoir 22 ans, je suis étudiante en soins infirmiers depuis deux ans et je travaille actuellement comme aide-soignante dans un hôpital gériatrique dans le 16e à Paris. Je suis pleine de vie et toujours la première à faire le clown que ce soit en famille, entre amis et évidemment avec mes patients. J’exerce le plus beau métier du monde à mes yeux et avec mes petits vieux. J’ai toujours eu un franc parler et un caractère assez prononcé, c’est pour cela que je me retrouve là aujourd’hui, parce que je suis fière d’avoir poussé un coup de gueule sur la toile.

View this post on Instagram

⚠️MESSAGE À RELAYER⚠️ Je suis outrée de trouver encore aujourd’hui des familles dans les rues, des enfants qui font du vélos, des groupes de gens faisant du sport ensemble, 5 personnes promenant un seul chien. Je suis étudiante infirmière, je suis aide soignante et je suis dégoûtée. Vous pensez que nous applaudir tous les jours à 20h pour vous donner bonne conscience ça va changer quelque chose? Comment on explique qu’en état de confinement le nombre de contaminés ne cesse d’augmenter? J’ai choisi ce métier par amour pour les gens, je m’occupe de personnes âgées, les plus vulnérables. Si vous êtes dehors avec le virus et que vous me croisez dans les transports que vous me donnez le virus, c’est moi qui vais le transmettre à mes patients. Je risque déjà d’être contaminée tous les jours en travaillant avec des gens contaminés que je traite avec autant d’amour que les autres j’ai pas besoin de votre connerie en plus. Soyez aimable et laissez votre gros cul sur votre canapé. Laissez nous exercer notre métier de la meilleure façon qu’on puisse le faire et avec le peu de moyens humains et matériels que nous avons. Le prochain que je croise dehors je lui éternue à la gueule en lui disant que je travaille à l’hôpital il va peut être comprendre. #stayathome #restezchezvous

A post shared by camou (@camillecachoux) on

Tu as fait un post très fort oui, relayé sur les réseaux, qu’est-ce que tu as souhaité exprimer ?

Aujourd’hui, j’ai fait ce post afin de me faire entendre. De faire entendre la détresse du personnel soignant face à la propagation du virus et au manque de civisme des Français. Je n’ai que mes mots pour essayer de raisonner les gens qui n’ont toujours pas saisi le principe même du mot confinement. Je me suis dit qu’en utilisant mon image de soignante avec un message cible, je pourrais peut-être me faire entendre et permettre à la parole de se libérer. J’ai eu la chance d’être énormément relayée, par des personnalités publiques et avoir énormément de soutien après presque 5 000 likes en même pas 48h.

Tu es aide-soignante, peux-tu me raconter ton quotidien depuis le début du Corona virus ?

Depuis l’apparition du virus dans nos vies, je vais au travail en me demandant qui je vais avoir comme collègues avec moi. Qui aura encore eu la force de se lever et de venir travailler. Lesquels de mes collègues seront porteur du virus et ne pourront plus nous accompagner dans cette bataille quotidienne. Nous subissons le manque de matériel au quotidien, notre service a été victime de vol de masques, de gel, de sur blouse. On a donc du tout mettre sous clef, enfermer dans nos chariots de soins, les masques dont nous avons besoin pour nous protéger.

Il faut réaliser qu’avec le virus, nous sommes la seule famille que ces personnes ont et on ne nous laisse pas les moyens d’assurer ce rôle-là. Je me lève à 4h30 pour aller travailler le matin et quand je suis de garde, je rentre a 22h30 chez moi.

On doit faire tourner un service avec beaucoup moins de personnel, sans cesse en demande d’intérim, on essaye de se soutenir entre services de l’hôpital pour atteindre un nombre d’aides-soignants à peu près correct pour travailler. Et puis, si l’on n’est pas assez le matin, les patients ne seront pas douchés, pas de rasage, pas le temps de discuter. Si on est pas assez l’après-midi, ils n’auront pas de goûter, on les mettra au lit le plus tôt possible, toujours sans pouvoir discuter. Il faut réaliser qu’avec le virus, nous sommes la seule famille que ces personnes ont et on ne nous laisse pas les moyens d’assurer ce rôle-là. Je me lève à 4h30 pour aller travailler le matin et quand je suis de garde, je rentre a 22h30 chez moi. J’aimerais ne pas faire ça en vain.

View this post on Instagram

will be back soon🩺🤞🏼

A post shared by camou (@camillecachoux) on

Quel est ton message pour toutes les familles et les gens en France, d’après ce que tu vis en ce moment auprès des personnes âgées, les plus vulnérables ? 

Je pense qu’il faut comprendre qu’aujourd’hui je m’occupe de personnes qui sont peut-être vos parents, vos grands parents, ce sont les plus vulnérables face à n’importe quelle maladie. Tous les jours en rencontrant des personnes ne respectant pas le confinement, je prends le risque d’en croiser avec le virus mais qui sont porteurs sains et ne s’en rendent même pas compte. J’amène ensuite le virus dans mon service, je le transmets à mes patients et il est inconcevable pour moi d’avoir le décès de mes patients sur la conscience à cause de personnes irresponsables et égoïstes. Ils sont en fin de vie mais méritent encore les meilleurs soins du monde avec tout l’amour que je puisse leur apporter. Aujourd’hui, j’ai impression qu’à cause de ces gens-là, c’est dangereux pour moi d’aller travailler et qu’on ne me respecte pas. C’est bien beau de nous lancer des messages d’amour sur les réseaux sociaux mais le comportement n’est pas en adéquation.

Je suis prête à entendre que d’être avec des enfants à la maison, c’est compliqué, j’ai une petite sœur de trois ans et je vois comment mon père galère mais ce n’est pas une raison. Il faut sortir intelligemment, une fois par semaine maximum et on regroupe les courses, le pain, la pharmacie, on sort seul et sans aller parler aux gens.

Pourquoi, à ton avis, les gens n’ont pas compris qu’il fallait rester chez soi en confinement ?

Les gens n’ont pas compris car ils ne se sentent pas concernés. J’ai été plus que choquée de voir un père avec son bébé passer à la télé en faisant son marché et dire sans honte qu’il ne se sentait pas concerné parce que, de toute façon, ça tue les vieux… Alors oui, majoritairement il a été montré que le virus a plus de conséquences chez un patients âgés mais on trouve des cas de patients de même pas 45 ans, intubés en réanimation. Le fait qu’Emmanuel Macron laisse aussi des portes ouvertes avec ce système d’attestation c’est, en plus de la connerie des Français, 80% du problème. Les gens mettent ce qu’ils veulent dessus, ils disent aller faire les courses et on les retrouve une heure après dans un parc en train de siroter une bière. Je suis prête à entendre que d’être avec des enfants à la maison, c’est compliqué, j’ai une petite sœur de trois ans et je vois comment mon père galère mais ce n’est pas une raison. Il faut sortir intelligemment, une fois par semaine maximum et on regroupe les courses, le pain, la pharmacie, on sort seul et sans aller parler aux gens. On rentre chez soi, on se lave les mains. La nécessité aujourd’hui elle n’est pas à maintenir sa forme physique et garder ses tablettes de chocolat, elle est de sauver et de préserver le maximum de vies possible.

View this post on Instagram

new outfit for the next 3 month🤨

A post shared by camou (@camillecachoux) on

Qu’est-ce que tu fais pour te détendre, quand tu ne travailles pas ? Nous sommes de tout coeur avec toi ! 

Je ne vais pas vous mentir, aujourd’hui je me lève, je travaille et je me couche avec ce virus. Je suis très bien entourée par ma famille, mon conjoint et mes amis. Mais il est vrai que c’est partout sur nos téléphones, à la télé, au boulot, c’est le sujet principal de discussion alors ça peut paraitre fou mais je souffle avec mes patients. J’ai un amour profond pour mon métier et pour les personnes âgées dont je m’occupe. Ils sont très souvent déments et ils ne se rendent même pas compte de l’épidémie. On parle de tout et de rien, on rigole avec ces gens-là vous ne pouvez pas savoir. Je ne pourrais jamais faire comprendre à quelqu’un ce que je vis tous les jours au travail mais je peux vous dire qu’ils m’apportent tellement.

Ton mot de la fin ?

Aujourd’hui, je veux continuer à pousser un coup de gueule et que mon message continue de circuler. J’ai choisi ce métier par passion. Passion pour les gens, pour rendre à ce qui en ont besoin tout ce que l’on m’a donné. Je ne peux pas exercer mon métier correctement à cause d’un virus qui se propage sur notre planète. Il y a le Covid-19 certes, mais il y a aussi la bêtise des gens et c’est tout aussi dangereux. Ne vous laissez pas avoir par les personnes qui se pensent invincibles sur les réseaux sociaux. Restez chez vous, pensez à vos ainés et à ceux des autres. Soyez respectueux de mon travail.

Je ne veux pas être applaudis à 20h tous les soirs et retrouver des familles entières dans des parcs ou dans la rue. Je ne veux pas être applaudie à 20h pour qu’après on vienne me voler des masques et du gel. Je ne veux pas être applaudie à 20h pour qu’on me crache à la gueule dans les transports et que je contamine mes patients. Ces gens-là finiront par avoir la mort de personnes âgées sur leur conscience. On est tous acteur et on a tous un rôle à jouer dans l’amélioration de cette crise sanitaire.

Vous pouvez suivre Camille sur son compte Instagram

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s