Sexy, poétique et vibrant : on vous présente le duo CORPS

Ce sont deux corps, ces voix-là. Deux poètes, deux parisiens, deux hommes qui pourtant donnent corps à plusieurs idées, sans genre. Leur musique, à mi-chemin entre poésie et propos coquins, transporte loin, très loin. Depuis son canapé, sa voiture, son bureau, sa salle de sport.

Et oui, l’électro, s’il fallait ranger leur style dans une catégorie, n’est pas qu’une musique de club. Elle s’écoute à sa sauce, à son rythme et… avec tout son corps. Et si leurs mots ne prennent corps que d’une manière, c’est bien en provenant de leur bouche !

01_Credit_marjorie_fristot.jpg
Crédit photo : Marjorie Fristot.

Bonjour CORPS, vous pouvez vous présenter ?

CORPS est un projet sans queue ni tête, mélange de chanson française et de musique électronique, appuyé par des textes sombres sur des thématiques autour de l’amour, la violence, le sexe et la société qui nous fait parfois un peu peur.

Comment est née votre musique, votre projet ? 

Tout est parti de quatre poèmes écrits lors d’un voyage. En revenant en France, j’ai décidé d’en faire des chansons et j’ai commencé à composer de manière instinctive et directe. Le premier EP « À CORPS » est né sur cette base, j’ai depuis appliqué ce concept pour tous les nouveaux morceaux que je compose, le texte est toujours écrit avant la musique, il guide la musique et non l’inverse.

Pourquoi Corps d’ailleurs ? 

L’idée de porter un nom qui est en chacun de nous me paraissait intéressante. C’est un mot à la fois singulier, pluriel et universel, il peut aussi bien représenter une femme, un homme ou un animal. Je rêvais aussi d’être introuvable sur google !

Un CORPS tordu, c’est un CORPS en mouvement, un CORPS perdu, un CORPS qui jouit.

Quel est votre meilleur jeu de mots avec Corps ? 

« Anticorps », par esprit de rébellion contre nous-même, c’est d’ailleurs le nom d’un morceau à venir.

Et votre partie de votre corps que vous préférez ? Pourquoi ?

Le cul. Parce qu’on peut s’assoir dessus.

CORPS_carre_credit_Gilles_Mille.jpg

Quel parallèle pourrait-on faire entre votre musique et le corps humain ?

Je ne suis pas encore professeur d’anatomie mais je vais y réfléchir.

Parlez-moi de ces collages, d’où ça sort ? Pourquoi cette idée ?

J’ai d’abord travaillé sur des visuels vintages de nudistes que j’ai distordu et mélangé à de l’illustration. Puis nous avons décidé de collaborer avec Yoann Stehr et le studio Temple Caché pour réaliser deux de nos clips : « À CORPS » et « Sur l’autoroute ». J’ai contacté ce studio car j’ai été très sensible à leur univers poétique, notamment par le biais des clips réalisés pour La Chica ou RIVE. Leurs clips sont à la fois vintage et modernes, il y a quelque chose d’intemporel que je souhaitais associer à ma musique.

Qu’est-ce qu’un « corps tordu » comme l’un de vos morceaux ?

Un CORPS tordu, c’est un CORPS en mouvement, un CORPS perdu, un CORPS qui jouit, un CORPS qui fait de la gymnastique, un CORPS sur l’autoroute…

CORPS_live.jpg

C’est militant de chanter en français pour vous ?

Non, sûrement pas, nous sommes dans une époque où le français est revenu au centre du paysage musical et presque plus personne n’a peur de chanter en français aujourd’hui. C’est surtout le meilleur moyen pour moi de m’exprimer !

Retrouvez CORPS sur Facebook, Instagram et sur Youtube. Et surtout le 15 mai 2019 au Point Ephémère

56828026_859930351033274_8801621980852781056_n.jpg

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s