Virage green pour la Gambettes Box : des collants 100% recyclés tous les mois

Vous connaissez sûrement toutes la Gambettes Box ? En vous abonnant, vous recevez tous les mois deux paires de collants stylés, Créée en décembre 2012 par l’équipe My Little Paris, la marque compte aujourd’hui près de 60 000 abonnées en France et en Europe. La clé du succès ? Des collants dans l’air du temps qui ne se démodent pas, des collab régulières avec de jolies marques (& Others Stories, Tara Jarmon, Albertine…). Et en été, on passe sur une autre gamme de produit (maillots de bain, beachwear…) en attendant l’automne.

En cette rentrée 2020, la grande nouveauté, c’est le passage au 100% recyclés pour les collants. Car il faut savoir qu’ils sont très polluants à produire puisque tissé d’un mélange de polyamide et d’élasthanne : des dérivés du plastique.

On a discuté de ce virage green avec Sixtine, chef de marque de la Gambettes box. Elle nous raconte l’histoire de la création de la box, comment on conçoit une collection de collants et les actions de la marque pour être plus green :

Bonjour Sixtine, peux-tu te présenter ? Qui es-tu et que fais-tu dans la vie ?

Bonjour L’Arrogante ! Je suis Sixtine, chef de marque de la Gambettes Box, box mensuelle de collants qui compte aujourd’hui 50 000 abonnées. Je m’occupe de dénicher des collab qui font rêver, de créer des collants uniques, d’accompagner nos abonnées dans leur expérience… je suis un peu une touche à tout !

Comment, ton équipe  (celle de My Little Paris) et toi, avez-vous eu l’idée de créer une box de collant ?

En fait on est parti de deux problématiques, qui sont toujours d’actualité aujourd’hui.

La première c’est qu’acheter un collant c’est ultra ennuyeux. Beaucoup de femmes font leur achat collants en même temps que leurs courses alimentaires. Une fois devant le rayon des collants elles font face à une grande quantité de références différentes. Par simplicité, elles achètent toujours le même collant, basique, et ce ne sera en aucun cas un achat plaisir. 

La deuxième problématique c’est qu’on s’est rendues compte que beaucoup de femmes n’assument pas forcément le fait de porter une robe ou une jupe en hiver, parce qu’il faut savoir que la deuxième partie du corps qui complexe le plus les femmes ce sont les jambes (après les fesses). Porter un collant c’est un acte de confiance en soi finalement.

Et donc on a voulu décomplexer le collant et transformer l’achat du collant en un achat plaisir.

Comment on crée une collection de collants ? Qu’est-ce qui vous inspire ?

Ce n’est pas si simple de créer une collection de collants, surtout pour une box mensuelle car il faut sans cesse se renouveler.  Il faut être créatif, varier les motifs entre de la dentelle, du géométrique, du chevron, du plumetis… Finalement c’est un peu comme si on faisait 12 collections par an étant donné que nous travaillons sur une box par mois.

Ce qui nous inspire ? Un peu tout ! On peut s’inspirer d’un imprimé vu sur une robe, sur un chemisier mais aussi sur une jolie vaisselle… On peut tester beaucoup de choses, mais il faut que cela mette en valeur la jambe. On a pour habitude de faire des crash test au bureau : on porte un nouveau collant, pas encore sorti dans les Box. Si ce collant génère des réactions positives, alors GO. Sinon, ce collant ne verra jamais le jour, c’est foutu pour lui !

Quel est ton rapport aux jambes ? Aux tiennes ?

Avant de travailler chez Gambettes, je ne mettais pas en valeur mes jambes. Quand je portais des robes et de jupes, j’optais systématiquement pour des collants noirs, opaques, bref comme tout le monde. Aujourd’hui, je mets plus mes jambes en avant avec des collants que je n’aurais pas approchés avant. Et j’ose plus de manière générale en terme de style. En commençant par un petit bout de soi (les jambes), tu prends peu à peu plus confiance et tout ton style fini par être plus marqué, pour avoir une vraie signature look. Mes jambes ne sont plus passe-partout !

La grande nouveauté chez Gambettes Box, c’est des collants 100% recyclés. Tu nous en parles ?

Oui, grande nouveauté pour cette rentrée 2020 !

Il faut savoir qu’un collant c’est un mélange de polyamide et d’élasthane. Un collant ça file, ça a une durée de vie assez courte. Chez Gambettes cela faisait quelques temps que l’on se posait des questions, sur le fait de produire des collants qui ne soient pas repensés pour être moins polluants. J’avais à coeur qu’on trouve des solutions pour en quelques sortes ressusciter les collants, leur donner une seconde vie. Et c’est ce qu’on a fait.

Depuis ce mois-ci, nos collants sont fabriqués à partir de chutes de fils qui auraient fini à la poubelle. Ils vivent leur seconde vie en quelques sortes. Cette nouvelle production de collants permet également de consommer 40% moins d’eau qu’une production de collants classiques et de rejetter 60% de CO2 en moins dans l’air. Nos collants noirs deviennent green.

Vous fabriquez toujours en Italie, avec les mêmes fournisseurs et le prix de l’abonnement ne change pas ?

Oui nous fabriquons en Italie depuis toujours, donc depuis 8 ans, avec nos fournisseurs historiques que nous connaissons bien. Ils nous ont suivi dans l’aventure du recyclé même si ça n’a pas été facile au début de se rechallenger.

Le prix de l’abonnement ne change pas. Même si fabriquer des collants recyclés coûte plus cher, c’était vraiment important pour nous de ne pas augmenter le prix de l’abonnement. L’idée c’était de proposer toujours des collants aussi stylés, mais qui soient plus green.

Est-ce que vous élargissez la démarche au packaging ?

Oui bien sûr ! C’était obligatoire d’accompagner le lancement de nos collants recyclés avec un changement au niveau du pack aussi.

A partir d’octobre, on a complètement repensé notre pack. On a gardé le strict nécessaire et on a supprimé ce qui nous semblait moins essentiel pour limiter au maximum les déchets. 

La Box devient la surboite de transport, il n’y a plus de Box. On imprime directement à l’intérieur de la surboite pour remplacer le lookbook, qui a été supprimé également. Il n’y a plus non plus de petites cartonnettes dans les collants. Alors certes les collants présentent moins bien à l’ouverture parce qu’ils sont plus raplapla, mais ils sont plus green ! C’est un vrai tournant pour notre Box. Et puis la surboite et les bagues des collants sont recyclés et recyclabes.

Toujours dans une démarche green, vos produits estivaux (pas de collants mais des shorts, maillots de bain…) vont également connaître un changement l’été prochain ?

Ils l’ont déjà connu depuis l’été 2020 ! Nos trois pièces beachwear de cette année (robe, jupe et short) ont été réalisées à partir de matières responsables : eco-viscose et coton biologique. Ils le seront évidemment aussi l’année prochaine. On aimerait aussi penser un produit en upcycling.

Vous faites régulièrement des collab avec des marques de prêt-à-porter. Comment les choisissez-vous ? Désormais va-t-il y avoir un critère environnemental ?

Tout à fait. C’est important pour nous de collaborer avec des marques 4 à 5 fois par an pour créer de la surprise dans notre plan de l’année, et permettre aux abonnées de découvrir de nouvelles marques. Evidemment, nous allons désormais collaborer avec des marques qui sont également en mutation ou qui ont déjà une démarche green.

Tu es parisienne. Qu’est-ce que tu fais quand tu ne travailles pas ? Tu partages avec nous tes bonnes adresses ?

J’adore me mettre en quête de bons restau, je suis une grande utilisatrice de l’appli Mapstr, qui répertorie les adresses de tes potes et les tiennes. J’adore les pizzas de chez Faggio, rue de Rochechouart. D’abord parce que je travaille dans ce coin et que j’habitais juste à côté, et aussi parce qu’ils font une pizza avec du jambon cripsy et de la mozza fumée (on est sur un coup de coeur). Et je compte très vite goûter celles de Constantia, rue des Martyrs, car j’ai déménagé dans ce quartier récemment.

Le mag s’appelle L’Arrogante. Qu’est-ce qu’il y a d’arrogant dans un collant ? Dans les jambes ?

Je pense qu’un collant plumetis, le basic du collant fantaisie, est le comble de l’arrogance parce qu’il fait semblant d’être classique ou discret. Alors que pas du tout : il attire tous les regards. Le collant plumetis c’est un peu la petite robe noire de la robe. Elle se veut simple mais en réalité… regardez la de plus près, elle cache parfois bien son jeu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s