Le chef Juan Arbelaez nous ramène en enfance avec Uber Eats

Jusqu’au 13 octobre, l’application UberEats propose des plats souvenirs d’enfance avec de grands chefs, Grégory Cuilleron, Ludovic Turac, Jacques & Laurent Pourcel, Antoine Sacré, Christian Etchebest, Flora Mikula ou encore Juan Arbelaez. L’occasion de poser toutes nos questions cuisine et saveurs à ce chef passionné, dans sa cuisine mais aussi dans sa vie au quotidien.

Avant de passer à table, un peu de lecture ! 

Bonjour Juan, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 31 ans, je suis d’origine Colombienne et je suis arrivé en France à l’âge de 18 ans. J’ai toujours été passionné de cuisine, j’ai étudié à l’école de cuisine et d’arts culinaires Le Cordon Bleu à Paris. J’ai eu la chance de faire mes armes dans la cuisine et la gastronomie aux côtés des plus grands comme Pierre Gagnaire et Eric Frechon. Mon passage dans Top Chef m’a ouvert énormement de portes et aujourd’hui je suis à la tête de 6 restaurants en Ile-de-France : Plantxa et Levain à Boulogne, Maya à Ville d’Avray, Yaya à Saint-Ouen et Yaya Halle Sécrétan dans le XIXe à Paris et Vida (Xe) à Paris aux côtés de Laury Thilleman.

vida_007_2880x2304.jpg

J’ai eu la chance de faire mes armes dans la cuisine et la gastronomie aux côtés des plus grands comme Pierre Gagnaire et Eric Frechon.

Quels sont tes souvenirs d’enfance concernant la cuisine ? Pour Uber Eats, tu as pensé à des nuggets de poulet et des frites : quelle histoire se cache derrière ce plat ?

Le nugget est un plat d’enfance multi générationnel, je trouve qu’il ne se démode jamais, c’est gourmand, croquant et généreux. Les enfants adorent, personnellement, c’était vraiment un plat d’enfance qui m’a marqué. Je n’étais pas trop fan des burgers et hot dogs, c’était vraiment cette volaille un peu croustillante à l’extérieur et fondante à l’intérieur qui me faisait rêver. Là, on le sert avec une maïoli et une sauce verte façon grébiche : c’est une régalade ! Et quelques petites frites de patate douce pour compléter le plaisir coquin !

Qui t’a mis la main à la pâte ? 

La cuisine chez moi était très importante, c’était une vraie raison de rassemblement, on se mettait tous à table le dimanche, c’était toujours autour d’un plat de ma mère ou de mon grand-père, c’était un moment où on oubliait tous les problèmes et tout simplement on partageait. C’est toujours ma mère et mon grand-père qui ont mis la main à la pâte et qui m’ont fait rêver gastronomiquement.

On écoute quelle musique ou on mange avec qui ce plat d’enfance ?

C’est un plat d’enfance qui peut se manger avec n’importe quelle musique, même tout seul dans un coin, avec des copains posés dans la rue ou au bureau. C’est un plat accessible à tout le monde et le plus important c’est qu’à chaque bouchée, on voyage en enfance et on se régale.

Que penses-tu des autres plats proposés ? Est-ce que certains te rappellent des souvenirs aussi ? (hachis Parmentier, coquillettes, croque monsieur…)

Je trouve que les autres plats donnent énormément envie, il y a une sélection qui est extrêmement variée. J’ai un petit coup de foudre pour le hachis parmentier de Christian Etchebest et le croque Monsieur de Flora Mikula, cette extrême gourmandise, je trouve que dans ses plats, chaque bouchée est une aventure en enfance.

Quand tu es chez toi, quels plats aimes-tu le plus cuisiner à ta femme ? À tes amis ? 

Ca dépend de la journée, je suis un grand fan du dimanche avec un poulet rôti avec quelques patates, un peu thym, de l’origan, de l’ail, un peu de citron. Ce gras qui fond qui va venir gorger ces pommes de terres. Sinon j’aime beaucoup une cuisine simple avec des poissons très frais, crus, avec un peu de citron vert, un peu de coriandre, un peu de piment, des plaisirs simples de la vie.

Sans réfléchir, quel est l’aliment qui te fait tourner la tête en octobre ?

LES CHAMPIGNONS !

Ton dessert d’enfance, c’est lequel ?

Très très très fan des fruits, j’ai toujours adoré les fruits. J’ai toujours été moins dessert, moins sucré, mais les fruits – olalala –  je peux en manger sans m’arrêter.

Quels conseils pourrais-tu donner à celles et ceux qui ont peu de temps pour cuisiner le soir ?

Sortez vous les doigts du cul et il faut se mettre à cuisiner parce que quand on ne cuisine pas, que l’on mange du déjà prêt, du surgelé, ou des trucs déjà sous vide, on le paye après chez le médecin. Alors s’il vous plait, mettez vous tous un peu à cuisiner, votre corps vous remerciera.

Où peux-tu retrouver ta cuisine ?

Dans tous mes restaurants Yaya, Plantxa, Levain, à Vida et je fais chef à domicile aussi si vous voulez, n’hésitez pas à me contacter.

Tes projets dans les mois à venir ? Ton livre aussi, peux-tu m’en dire deux-trois mots ?

Je sors un livre de cuisine fin octobre, où je me mets à la place de tous les gens. Du gars qui reçoit ses beaux parents, la maman qui doit faire à cuisiner rapide, le papa qui ne sait pas cuisiner, je me mets à la place de tout le monde.  Ce sont de recettes accessibles et surtout de partage. Sinon, tournage de “cuisine impossible” mon émission sur TF1 avec Julien Duboué et je suis complètement fan de cette émission car c’est tout ce que j’aime faire : voyager, manger, découvrir, cuisiner. Yeahhhh challenge !

vida_006_2880x2304.jpg

Du 7 au 13 octobre prochains et en exclusivité sur Uber Eats, 10 grands chefs français, sélectionnés par Sébastien Ripari, vont revisiter les principaux plats de notre jeunesse pour ravir nos papilles et enclencher la machine à souvenirs dans 7 villes en France, au prix unique de 10€.
Plus d’informations aussi sur le blog d’UberEats.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s