Champs Élysées Film Festival 2019 : une édition pointue en musique et cinéma

Alors que le Festival se termine mardi soir, on en a profité pour interviewer la belle Justine Lévêque, directrice artistique et événementiel du Champs Élysées Film Festival afin de nous éclairer sur la programmation, la musique et les artistes présents. Le point fort de cette édition, c’est d’avoir su, en plus des films projetés en salle, organiser des soirées de feu avec des artistes comme Corine, Silly Boy Blue, Adam Naas, Irène Drésel ou encore Petit Fantôme. Avant mardi soir, courez-y, ça vaut le coup !

* J’ai oublié de vous préciser que le Festival avait l’une des plus belles vues de Paris lors de ses soirées… 

Hello Justine, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Stéphanie, merci pour ton accueil. Alors en quelques mots… Je suis directrice artistique & événementiel de Champs-Elysées Film Festival que je gère à l’année avec Sophie Dulac (qui en est la Présidente et fondatrice) et que j’emmène aux Etats-Unis pour la reprise des compétitions françaises chaque année en octobre. Passionnée depuis toujours (et heureusement) de cinéma, de photographie, de l’image en général… Et tant d’autres choses ! Un mot en particulier pour l’équipe du festival qui m’accompagne plusieurs mois chaque année et qui est incroyable de professionnalisme et d’enthousiasme, le festival n’existerait pas sans eux.

Nous tentons de ce fait de mener un action militante pour ramener la culture et les parisiens sur la plus belle avenue du monde pourtant de plus en plus désertée par les parisiens.

Justine Leveque_@Dao Bacon
Justine par Dao Bacon

Qu’est-ce que le Champs Élysées Film Festival ?

C’est un festival de cinéma indépendant français et américain, désormais le plus grand festival de cinéma de la capitale, qui se veut être une plateforme de rencontres de la jeune création indépendante : musique & cinéma, française & américaine ! Nous avons choisi de mettre en lumière l’inédit, la découverte et l’inattendu. Nous tentons de ce fait de mener un action militante pour ramener la culture et les parisiens sur la plus belle avenue du monde pourtant de plus en plus désertée par les parisiens. L’idée étant d’y amener une certaine contre-culture et l’indépendance  sur un lieu emblématique et patrimonial. Essayer de casser certains codes et beaucoup de préjugés, et mettre en place l’édition que nous avons rêvé depuis presque un an.

Quelles sont les particularités de cette édition ?

Nous avons opéré un important changement d’identité en 2018 en revendiquant l’indépendance. Cette année, nous voguons toujours davantage vers elle, avec toujours plus de films inédits et/ou rares, avec de nombreuses premières parisiennes et françaises. Nous accueillons des invités d’honneur qui se déplacent rarement en festival, nous ferons la première rétrospective en France de Craig Zahler que nous considérons comme le nouveau Carpenter, une programmation musicale davantage accès sur la découverte et un jury toujours plus étonnant et hétéroclite.

Musique & cinéma sont indissociables avant même que le cinéma ne soit parlant.

Comment sont sélectionnés les films ?

Il y a de nombreuses évidences et de nombreux débats au sein du comité de sélection. Il y a des coups de cœur et des œuvres que nous souhaitons défendre pour leur propos, leur audace ou leur prise de risque. Au sein de chaque compétition, notre but est de sélectionner des films aux tonalités et aux genres différents afin de véritablement proposer au public un overview des dernières productions indépendantes françaises et américaines.

Pourquoi avoir axé sur le cinéma indépendant français et américain ?

Champs-Elysées Film Festival a été créé en 2012 par Sophie Dulac, également productrice, exploitante et distributrice. En partant du postulat qu’il n’y avait pas de convention de coproduction entre la France et les Etats-Unis et aimant particulièrement le cinéma indépendant américain, l’idée a vu le jour et nous voici déjà à la huitième édition !

Il y a aussi toute une programmation musicale, en quoi est-ce pertinent de mêler musique et cinéma ? 

Musique & cinéma sont indissociables avant même que le cinéma ne soit parlant. A l’image de la rencontre entre la France et les Etats-Unis opérée dans l’identité même du festival, nous avons souhaité développer l’événementiel en faisant se rencontrer deux arts, en l’occurrence, musique et cinéma. Et les artistes ne sont pas sélectionnés par hasard ! Au-delà du fait qu’il y a une vraie volonté de mettre à l’honneur cette puissante scène féminine qui me tient à cœur, tous les artistes de notre programmation musicale ont un lien avec l’image (cinéma, vidéo, photographie) ou avec les Etats-Unis, et ils répondent chaque année très positivement à notre invitation de venir rencontrer un public de cinéphiles !

Peux-tu nous dire l’impact du Festival à Paris, sachant qu’il a sans doute la plus belle vue du monde ! 

Paris est un festival permanent. J’espère en tout cas que nous parvenons à faire découvrir au parisiens des œuvres et des artistes qui nous émeuvent, à les faire rêver grâce à la présence de talents américains de grande renommée et à les faire danser sur le plus beau rooftop de Paris avec nos chouchous de la programmation musicale.

Tes derniers coups de coeur de cinéphile, c’est quoi ?

En dehors de certains bijoux programmés cette année sur le festival, je pense à Douleur et gloire de P. Almodovar, Perdrix de Erwan le Duc, Quand nous étions sorcières de Nietzchka KeeneSibyl de J. Triet et le désormais incontournable Parasite Bong Joon Ho.

Capture d’écran 2019-06-22 à 17.59.18.png
Crédit : @alamachere

La plus grande personnalité attendue cette année au festival, c’est qui ?

Sans hésitation : Christopher Walken qui accepte que très très rarement ce type d’invitations et qui nous fait l’honneur de venir à Paris chez nous ! Etant une vraie fan de Twin peaks, je suis pour ma part impatiente de rencontrer Kyle Maclachlan qui semble aussi drôle que charmant. Et bien sûr, cherry on the cake, Debra Granik qui est une grande réalisatrice encore trop peu connue du grand public, elle a notamment fait connaître Jennifer Lawrence avec Winter’s bone. Une cinéaste indépendante aussi unique qu’authentique.

Enfin, quel film recommanderais-tu de voir avant de venir ?

L’intégralité de la programmation (rires). Je conseille toujours de venir découvrir en priorité nos 4 compétitions officielles de courts et de longs métrages. La plupart des œuvres sélectionnées n’ont pas de distributeurs et c’est peut-être l’unique chance de découvrir ces pépites d’amour et de liberté sur grand écran.

Retrouvez toutes les infos sur le site du Festival.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s