Loane, voyageuse musicale

Loane, si l’on change l’ordre des lettres, ça donne « Alone », le titre de son nouvel album. Sa voix, ses textes et ses réflexions sont d’une pureté qui donne envie de l’écouter toute la journée (et la soirée ?). Riche de ses roadtrips et de ses rencontres américaines, Loane est revenue des musiques plein la tête et une création débordante. Positive, travailleuse, elle a collaboré avec Christophe, Michel Gondry ou encore Lenny Kravitz… Alors même si son « Alone » est superbe, les autres auraient tort de se passer de sa collaboration.  Rencontre avec en fond musical, parsemés dans l’interview, ses nouveaux morceaux. Bonne écoute ET bonne lecture !

Bonjour Loane, est-ce que tu peux te présenter ? D’où viens-tu ?

Bonjour Stéphanie, pour résumer, j’écris et je compose des chansons que j’interprète, je viens de sortir un album en autoproduction sur mon label Huit Heures Cinq.

Comment t’es-tu mise à chanter, composer, produire ta musique ?

Il y avait un orgue Philicorda chez moi quand j’étais enfant, j’ai adoré passer des heures à découvrir cet instrument vintage, créer mes premières mélodies vers 8 ans. Ensuite, j’ai eu un synthé PSS 480 sur lequel j’ai découvert les rythmes et les possibilités de boucles électroniques. Puis à 12 ans, j’ai eu un piano, je m’y évadais des heures tous les soirs à inventer des chansons. Ma mère m’a alors inscrite à des cours de piano pour que j’apprenne à lire et écrire la musique. Je n’ai jamais cessé de créer des chansons en parallèle de mes études, jusqu’au jour où j’ai fait quelques concerts piano voix à Paris. Tout a été très vite ensuite, j’ai signé avec le label EMI et Warner Chappell. Aujourd’hui je suis en autoproduction sur un label indépendant.

@Benjamin_Decoin_5
Loane par le photographe Benjamin Decoin

Qu’est-ce que tu as envie de dire sur la confusion entre « Loane » et « Louane » (j’ai été la première à la faire) ?

Il y a en effet de la confusion, mais elle se dissipe vite en articulant bien. Je ne connais pas Louane, elle a l’air sympa, ce serait drôle de la croiser un jour.

J’ai eu la chance de faire une traversée du désert en van avec le groupe Wild Belle, Yosemite, Arches, Salt Lake, une expérience inoubliable de liberté et de lâcher prise. J’ai écouté beaucoup de musique là-bas, m’ouvrant à de nouveaux sons, de nouveaux univers artistiques.

Comment écris-tu tes chansons ?

La musique me vient en premier, puis la mélodie s’impose et je travaille le texte en dernier.

Et cet album « Alone », comment est-il né ?

J’ai pas mal voyagé aux États-Unis ces dernières années, à Chicago notamment où j’ai posé mes valises un moment. Je côtoyais beaucoup d’artistes et j’avais à disposition un studio pour travailler, avec plein de machines, de synthés, de boites à rythmes. J’ai acheté ma première guitare sur un marché dans le Michigan, une Fender Telecaster. J’ai enregistré de nombreux sons à ce moment-là, écris beaucoup de textes. J’ai eu la chance de faire une traversée du désert en van avec le groupe Wild Belle, Yosemite, Arches, Salt Lake, une expérience inoubliable de liberté et de lâcher prise. J’ai écouté beaucoup de musique là-bas, m’ouvrant à de nouveaux sons, de nouveaux univers artistiques (FKA twigs, Shura, Banks, Hundred Waters…). Lorsque je suis rentrée à Paris, j’ai rassemblé tous mes enregistrements et je me suis mise au travail dans mon studio, les chansons étaient là. J’ai appelé cet album “Alone” pour rendre hommage à ma belle solitude qui a été mon plus beau moteur artistique.

Tu as collaboré avec Michel Gondry, quelle est la place du cinéma dans ta création / ta vie ?

Je suis très admirative des artistes polyvalents, comme Michel Gondry qui sait tout aussi bien dessiner, jouer de la batterie, réaliser des films ou des documentaires, son travail sur Chomsky m’a passionné. J’aime beaucoup les réalisateurs acteurs multi facettes comme Miranda July, Zach Braff, Maiween ou David Lynch qui a produit et écrit des chansons pour Chrysta Bell ou Lykke Li. J’ai récemment regardé le film “Franck” de Lenny Abrahamson avec Michael Fassbender, j’ai été transporté par l’histoire triste et fantastique d’un chanteur qui se cache toute sa vie sous un masque en carton.

Et cette rencontre avec Christophe, qu’est-ce qu’elle a changé ?

Elle a changé ma chanson! Le titre “Boby” venait de sortir sur mon album, et après notre rencontre (il avait posé ses choeurs sur “l’impossible abime”) je jouais souvent pour ses premières parties. C’est alors qu’il a fredonné le refrain de “Boby” pendant une balance et l’instant fut magique. Il me dit alors “c’est elle, notre chanson”. On a alors enregistré une nouvelle version de “Boby” en duo et tourné un clip.

J’ai appelé cet album “Alone” pour rendre hommage à ma belle solitude qui a été mon plus beau moteur artistique.

J’aime particulièrement le titre « Partout », peux-tu décrire l’essence et le sens de cette chanson ?

Merci. J’ai écris cette chanson inspirée par mes voyages, avec l’idée que quelqu’un nous obsède, nous habite, où que l’on aille, où que l’on soit. Elle parle de ces questions sans réponses que provoque ce sentiment solitaire, de porter une émotion et un visage au plus profond de soi, sans ne pouvoir rien y faire, sans même savoir si ce sentiment est partagé.

Quand tu ne fais pas de musique, que fais-tu ?

Je travaille beaucoup sur mon label, il y a beaucoup de choses à gérer en autoproduction ! Sinon je fais des collages, je travaille actuellement sur une série née aux Etats-Unis appelée “Mes dialogues intérieurs”. J’ai réalisé mon premier clip, “Normale”: j’ai crée un masque géant en carton de mon visage que j’ai mélangé aux images du clip. J’ai eu la chance de travailler avec le performer Mika Tekyes qui a projeté les images sur mon visage, et Romain Hirtz à la caméra, j’ai fait le montage du clip. Aujourd’hui, je suis super heureuse car il passe sur M6. J’aime aussi écrire des chansons pour d’autres artistes, j’ai un projet en cours avec Xavier Jamaux (Bang Bang), un titre sort le moins prochain, son projet s’appelle Gemme. J’adore collaborer sur des musiques de films, je n’ai pas eu le temps cette dernière année avec l’album à finaliser, mais j’espère reprendre bientôt.

Loane musique Alone Loane_normale_Benjamin_Decoin_1-670x1024
Loane par le photographe Benjamin Decoin

Quel regard as-tu sur le milieu de la musique en France, actuellement ? As-tu rencontré des difficultés ?

Il faut trier, trier, et ne pas se laisser envahir par la musique en plastique, superficielle et juste commerciale. Je pense qu’on est habité par la musique ou on ne l’est pas, chaque artiste est responsable de ce qu’il produit, au public de faire son tri.

Peux-tu me parler de tes projets à venir ?

Des concerts, notamment le 10 mai au Walrus à Paris, un nouveau single cet été avec le groupe GEMME, un clip pour la rentrée, un voyage à NY, une exposition de collages, des collaborations, de la musique, des apéros, des amis et des balades en Normandie avec ma fille.

Le son / la musique qui te motive le matin ?

François & the Atlas Moutains “1982”, version anglaise + “The Barrel” de Aldous Harding.

Le son / la musique qui te fait aimer Paris ?

Black Atlas, “Paris”.

Le son / la musique que tout le monde devrait écouter avant de dormir ?

Sophie Hunger, “There is still Pain Left” +  “The Wind” de Doe Paoro.

Loane, album « ALONE » sorti le 15 février.

En concert au Walrus le 10 mai et au Hangar Darwin à Bordeaux le 16 juin.
Suivez Loane sur sa page Facebook.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s