Agogogang, le concept store parisien 100% unisexe et coloré

Attention, gros crush ! En plein cœur du Marais -au 6 rue du Trésor plus précisément, Élo et Jo bousculent les codes avec leur concept store Agogogang. Ici, pas de distinction de genre, toutes les pièces proposées sont rangées… par couleurs ! Et ça, j’adore ! Je suis la première à m’habiller au rayon homme, notamment pour les t-shirts. Dans cette boutique de 140m², on découvre une sélection pointues de streetwear unisexe, y compris la marque Agogo lancée par le duo féminin quelques mois avant l’ouvrir. Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi des accessoires, et une belle sélection de vinyles.

Rencontrées à l’occasion de la soirée d’ouverture de la boutique, j’ai pu papoter avec ce duo de filles passionnées et pleines d’énergie ! Elles nous racontent leur rencontre, la naissance d’Agogo, comment la musique tient une place importante dans leur vie et ce qui les inspire au quotidien !

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ? Qui êtes-vous, que faites-vous ?

Bonjour ! Nous c’est Élo et Jo et dans la vie on est designer, styliste, chef d’entreprise, et surtout on est amies. On fait des vêtements, on cherche des vêtements, on vend des vêtements, en gros on habille des gens.

agogo-agogogang-elo-ju-creatrices.jpg
Jo et Élo

Vous êtes un vrai duo fusionnel, non ? Comment vous êtes-vous rencontrées ?

Alors oui fusionnel c’est le mot, disons qu’on passe beaucoup de temps ensemble. On travaille ensemble, on vit ensemble, on pense ensemble, ça fait beaucoup d’heure par jour. On s’est rencontrées à l’école pour faire simple, par un ami commun. Un jour on s’est retrouvées ensemble à un dîner et au bout de cinq minutes on s’est regardées en se disant « t’étais où depuis tout ce temps ? ». Voilà depuis on ne s’est jamais quittées, au bout de six mois les gens pensaient qu’on était amies d’enfance, aujourd’hui les gens ne font plus vraiment la différence entre Élo et Jo.

Comment vous est venue l’idée de créer votre marque, AGOGO ?

Alors l’histoire de AGOGO commence au Brésil il y a deux ans. Moi (Jo) je suis brésilienne alors on a décidé de partir là-bas pendant plusieurs mois et un beau matin sur la plage on s’est dit on va faire un truc, ça va être colorfull, ça va être drôle, unisexe bien sûr, inclusif autant que possible, on fera des vêtements et surtout ça s’appellera AGOGO. Nos noms de famille c’est Gaud et Gobin et inséparables comme les doigts de la main, ça fait longtemps qu’on nous appellent les Gogos. Alors la passion du faste et du rap français la dessus ça a donné AGOGO le streetwear coloré.

On est rentrées en plein mois de janvier gorgées de soleil, motivées comme jamais, les gens étaient gris nous on était ORANGE et on avait l’impression qu’on pouvait déplacer des montagnes. Quelques mois plus tard on a lancé le kisskissBankBank pour récolter des fonds pour lancer la première production et en avril 2018 on lançait la marque, le compte Instagram, le site, les premières ventes et c’était parti !

Un an après la création de la marque, vous ouvrez votre concept store dans le Marais, où votre propre marque côtoie d’autres marques streetwear. Vous nous racontez l’histoire et le concept du shop ?

Oui effectivement on ne s’est pas arrêtées là. Au moment même où on lançait la marque (véridique c’était vraiment le soir de la soirée de lancement), Brigitte une amie qui tenait une boutique dans le marais depuis 20 ans, nous annonçait qu’elle partait à la retraite et qu’elle allait vendre son fond de commerce. Là, on est devenues hystero. On connaissait le lieu, la boutique trop belle, la rue charmante et on s’est dit « Meuf c’est nous. On n’a pas d’argent, personne nous connaît, la marque existe depuis trois minutes mais c’est nous. » Alors on s’est bougées, on a remonté une boîte, on s’est associées avec deux amis à nous et on a décidé de créer AGOGOGANG un multimarque de streetwear. L’ambition avec la boutique ça n’a jamais été d’avoir un flagship où on vendrait que notre marque. Au contraire, le lieu est très grand (140m2), nous on est obsédées par les marques du monde entier, on essaye toujours de se procurer des vêtements coréens sur des eshop incompréhensibles, alors là c’était l’occasion de recréer un univers de marques autour des piliers de la nôtre : du streetwear, coloré et unisexe. Alors streetwear parce que c’est notre sensibilité, coloré parce qu’à Paris on ne s’habille que en noir et personnellement on est pas très sensibles à la gamme colorée en vigueur camel/bordeaux/marine et enfin unisexe parce que genrer les vêtements c’est pas notre genre justement, la dichotomie homme/femme c’est dépassé comme idée.

Donc voilà, un beau matin de novembre 2018 on a ouvert notre concept store AGOGOGANG, on y trouve plus de 30 marques du monde entier, classées par couleur et de la bonne musique !

09_AGOGOGANG_Boutique

J’adore la déco de votre boutique ! Vous avez travaillez avec quelqu’un ou tout est « home made » ?

Alors les travaux ça a été une autre épopée. Une des particularités de ce projet c’est qu’on est des créas. Nous, comme on disait plus haut, on s’est rencontrées à l’école et l’école c’est l’ENSCI, une école de design géniale, Victor, notre responsable boutique a aussi étudié le design aux Arts Décos. Bref tout ça pour dire qu’on est designer et entourées d’ami designers. Alors quand il a fallu imaginer le nouvel espace boutique on a tout pensé, dessiné, choisi, Sacha (Studio Natasha et Sacha) notre meilleur ami et excellent designer a fait les 3D et on a poncé, clouté, enduit, repeint pendant des jours pour faire la boutique à notre image. Au bout de 6 semaines dans le plâtre on avait même oublié qu’on ouvrait une boutique de vêtement tellement on était devenues incollables dans le BTP.

06_AGOGOGANG_Boutique

Vous organisez souvent des DJ SET et vous vendez des vinyles dans la boutique. Quel est votre lien avec la musique ?

Ah oui la musique, c’est central dans le projet ! On a une grande culture musicale commune, on a toujours rêvé de travailler avec des artistes et de les habiller (notre idée de base c’était de faire des tenues de scènes pour Lady Gaga) et quand on a lancé la marque on a tout de suite été contactées par des artistes musicaux pour du prêt de vêtement. Lago2feu, Lilipoe, Jok’air, on a pas mal travaillé avec des rappeurs et puis surtout Aloïse (Sauvage) pour qui on crée des pièces exclusives et qu’on habille à la moindre occasion. Donc sur la marque le lien à la musique est très présent.

Quand on a ouvert la boutique et qu’on a dû choisir un responsable boutique pour mener le projet avec nous, on s’est très vite tournées vers Victor, un ami d’Élo. En plus d’être designer, il travaille dans la sape depuis longtemps et surtout c’est un passionné de musique. Il a lancé son label Thirdtryrecords il y a plusieurs années et il passe son temps à dénicher des nouveaux talents. On voulait que la boutique ait un lien fort à la musique alors on lui a proposé de s’occuper de la sélection des vinyles et de la prog musicale. On croit beaucoup à la porosité entre les disciplines et au mouvement global qui lie mode musique, danse, photo alors depuis qu’on a ce lieu on est dans une frénésie événementielle, on a envie d’organiser des soirées tout le temps pour mettre en avant une marque, un dj, des photographes, des gens de notre génération, des artistes qui nous plaisent et qui eux aussi dessinent le paysage culturel de demain. À nous tous, on s’entraide, on grandit, on monte, on fait des vues sur Instagram, et on fait entendre notre voix !

Quelles sont les personnes qui vous inspirent et pourquoi ?

Tout à l’heure on parlait de Lady Gaga et ce n’est qu’à moitié une blague. On trouve ça hyper inspirant des gens qui créent un univers visuel hyperfort, des personnages de scènes, une esthétique propre, et si en plus c’est baigné de culture queer, c’est un carton plein !

De manière générale on est inspirées par des femmes, de tout âge et de tous horizons, de Beyoncé à Zhou Qunfei (une self made milliardaire chinoise qu’on adore) en passant par la réalisatrice Amandine Gay (« ouvrir la voix »), la comédienne Noémie De Lattre et Angie et ses 6 enfants.

Dans notre vie à nous une des personnes qui participe à notre inspiration quotidienne c’est Aloïse. Parce qu’elle est là en chair et en os, elle a des envies, des besoins en vêtements particuliers et puis son style à elle. C’est une inspiration folle de l’habiller, d’imaginer des choses ensemble, de respecter ses contraintes. Et puis les vêtements vivent aussitôt, elle les porte, elle danse, elle chante, elle bouge (croyez nous elle bouge) c’est grisant cette immédiateté. Et puis ça nous plaît de se dire qu’on fait des vrais vêtements pour des vrais gens de la vraie vie, pas juste pour faire joli en photo !

JoAloïseElo_Yam Beaudry©.JPG
Jo, Aloïse et Élo (crédits : Yam Baudry)

Vous êtes installées au 6 rue du Trésor, dans le IVème arrondissement de Paris. Qu’est-ce que vous aimez dans ce quartier ? Des bonnes adresses à partager ?

Oui ce quartier c’est improbable ! Nous on s’imaginait commencer par un Pop-Up Store à Aubervilliers alors forcément les 8 mètres de vitrine au cœur du marais on a du mal à réaliser. Ce qu’on aime c’est que ça bouge tout le temps, tout est ouvert même le dimanche alors ça fait de l’activité. Et puis c’est central alors tout le monde passe par là au moins une fois dans la semaine, c’est toujours pleins de gens, les clients bien sur, les touristes, les amis qui passent nous voir pour boire un café ou faire pipi, on brasse du monde !

Le quartier regorge d’endroit qu’on adore où on a pris nos habitudes, la base c’est pastel de nata chez Comme à Lisbonne et Hotdog supplément oignons confit chez Clark’s. Ensuite y’a le Voltigeur bien sûr pour la meilleure tarte au citron meringuée on earth, Corpus Christi rue Vieille du Temple notre fournisseur officiel de bague, Markstyle Tokyo juste à côté de chez nous qui vend pleins de bibelot japonais, Miznon délice rue des écouffes et les crêpes de la rue des Rosiers.

Le mag s’appelle L’Arrogante. Quelles sont les pièces les plus arrogantes en vente actuellement ?

On a une pièce assez arrogante en ce moment, des chaussettes lamées en soie. C’est vraiment magnifique parce que c’est doux à l’intérieur et à l’extérieur c’est une enduction métallisée trop belle ça donne l’impression d’avoir trempé son pied dans de l’or liquide, on adore ! Une pièce qui arrive bientôt et qui est géniale aussi c’est une veste en cuir dorée de la marque gang de fille avec une sorte de volant tout autour. Si tu marches dans la rue avec ça on voit que toi c’est sûr et ça te donne l’air de dire « who run the world ? Me, bitches ! »

agogogang-chaussettes-concept-store

Sur la marque, on a fait une combi dorée pour Jok’air qui envoie du steak. Sinon on développe un nouveau Sweat croppé et on en a fait une version rose barbapapa, pour un look mi pollypocket mi peste du lycée qui est de l’amour en boîte !

Jo combi dorée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s