Stress, maladie, pollution : apprenez à mieux respirer avec le Bol d’air Jacquier

C’est magique.

Vous voyez cette machine transparente, divinement bien conçue et simple d’utilisation ?
Et bien, elle a changé ma vie depuis deux mois. En se plaçant devant et en respirant quelques minutes tous les jours l’huile essentielle de pin transformée par sa méthode, le Bol d’air Jacquier m’a fait un bien fou, surtout après un mois et demi de pneumonie. Cet appareil, qui fait ses preuves depuis des années, a une action directe sur notre santé, notre bien-être, notre stress et s’avère très efficace lorsque l’on est fumeur ou ancien fumeur, encore plus contre la pollution.

Pourquoi ? De manière naturelle, le Bol d’air Jacquier vient favoriser l’oxygénation des nos poumons. Aujourd’hui, nous avons la chance d’interviewer Marie-Laure Delanef, PDG du Laboratoire Holiste qui a développé le Bol d’air Jacquier, et qui répond à toutes nos questions. N’hésitez pas à me demander plus d’informations ou tester directement en les contactant, c’est un outil de vie saine indispensable !

Nous sommes en état de sous-oxygénation chronique du fait de la pollution, la sédentarité, le stress de nos modes de vie.

Bol d'air Jacquier respiration stress santé bien-être - 4
Crédit : Sébastien Vincent pour Larrogante.fr

Qu’est-ce que le Bol d’air Jacquier ?

C’est une méthode naturelle et non médicamenteuse pour améliorer la respiration cellulaire. Il y a la respiration pulmonaire dont nous entendons parler et que nous pouvons contrôler, mais ce que nous connaissons moins est son but ultime qui est d’apporter l’oxygène jusqu’aux cellules, qui en ont un besoin constant pour produire de l’énergie. Sans oxygène nous ne pouvons vivre que quelques minutes. Sans oxygène, les nutriments que nous consommons ne peuvent être correctement assimilés et ils donnent très peu d’énergie. Avec oxygène, ils peuvent permettre une grande production d’énergie et engendre peu de déchets métaboliques.

Hors nous sommes en état de sous-oxygénation chronique du fait de la pollution, la sédentarité, le stress de nos modes de vie, etc. Nos processus vitaux sont ralentis et le bol d’air est une réponse  à cette problématique.

Comment fonctionne-t-il et à qui s’adresse-t-il ?

Pour avoir une bonne oxygénation, il faut utiliser au mieux l’oxygène respiré. Il n’en manque jamais dans l’air ambiant (sauf en altitude et dans une atmosphère confinée) et il ne sert à rien d’en respirer plus. Favoriser son acheminement vers la cellule et le rendre plus bio-disponible est une solution plus intéressante. Avec le Bol d’air, des molécules spécifiques issues de la résine de pin des Landes sont transformées en porteurs d’oxygène. Une fois respirés, ils sont pris en charge par le sang, véhiculés dans tout l’organisme où ils libèrent très facilement leur oxygène. C’est naturel et puissant comme une forêt de pins toute entière.

Bol d'air Jacquier respiration stress santé bien-être - 2.jpg
Crédit : Sébastien Vincent pour Larrogante.fr

Quels sont ses bienfaits en utilisation quotidienne ?

Améliorer son oxygénation, c’est améliorer toutes nos fonctions métaboliques. Il en résulte un gain d’énergie, moins de stress, plus d’aisance pour accomplir les tâches de la vie quotidienne, plus de mémoire, de capacité d’attention, de vitalité et tout ce qui en découle. Si on a la possibilité d’en faire quotidiennement, c’est top. Pour les citadins, deux fois par jour serait un bon rythme.

En quoi son utilisation est utile pour les citadin(e)s avec la pollution et l’air des villes ? 

Les citadins sont soumis à la pollution au monoxyde de carbone libéré par les voitures. Ce gaz a la méchante habitude de se fixer sur les globules rouges en lieu et place de l’oxygène, c’est-à-dire qu’il empêche l’oxygène de pénétrer dans le sang et d’aller vers la cellule. C’est là que le Bol d’air est particulièrement intéressant. Notre fameux transporteur va entrer en compétition avec le monoxyde de carbone, prendre la place de celui-ci sur le globule rouge – avec son oxygène- et faire sauter la barrière.  L’oxygène pourra pénétrer dans l’organisme, jouer son rôle et permettre au citadin d’avoir une bonne énergie malgré la pollution.

Qui peut l’utiliser et à quelle fréquence ? 

Tout le monde peut utiliser le Bol d’air, les étudiants, les séniors, les sportifs ou les sédentaires, que l’on soit bien portant ou non. L’idéal est de commencer progressivement par des séances de 2 ou 3 minutes et d’augmenter au fil du temps et du ressenti. Chaque séance procure un bien-être et l’action peut durer plusieurs heures. Selon la législation en vigueur concernant l’usage des huiles essentielles, le bol d’air est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes et pour les enfants de moins de 36 mois.

Bol d'air Jacquier respiration stress santé bien-être - 3.jpg
Crédit : Sébastien Vincent pour Larrogante.fr

Où peut-on venir faire ses séances de bol d’air à Paris et en province ? 

Il y a la Boutique Holiste de Paris Bastille (29 Boulevard Henri IV) et dans plus de 700 centres Bol d’Air en France ou l’on peut recevoir des conseils pratiques pour une utilisation sur place ou à domicile.

Je le teste depuis plus d’un mois et je vois vraiment les bienfaits. J’ai eu une pneumonie donc j’ai le sentiment de réparer mes poumons quelque part… Est-ce à la portée de tous ? Fumeurs ou non ? Malades ? 

Impeccable pour les fumeurs. Au bout de quelques temps, certains, ceux qui sont attentifs au vrai plaisir,  préfèrent la pause Bol d’air à la pause cigarette. Pour les personnes ayant des problème plus graves, il s’agit de maintenir un bon état des défenses naturelles de l’organisme et ce malgré des traitements qui peuvent être lourds.

La pollution est le « nouveau tabac ».

Quels seraient vos conseils en parallèle du bol d’air pour être en meilleure santé / forme en ville ?

S’intéresser à la cuisine nature et bio, sans idéologie, donner du sens à sa vie, se faire masser, faire du sport mais pas de jogging dans les rues de Paris sans avoir fait du Bol d’air !

Votre avis sur l’air que nous respirons à Paris ?

Il n’a rien à envier à d’autres grandes métropoles. Selon l’OMS, environ 91% des habitants de la planète respirent un air pollué ce qui entraine 7 millions de décès chaque année. La pollution est le « nouveau tabac », précise le directeur général de cet organisme  – alors si on cumule !

Dernière question, sur quelle durée conseilleriez-vous de l’utiliser ? Et où pouvons-nous trouver toutes les infos sur le bol d’air Jacquier ? 

Le Bol d’air, ce n’est pas forcément tous les jours. On peut faire des cures, s’arrêter, reprendre. C’est un choix d’hygiène de vie. Cette méthode nous permet de bien vivre au temps des pollutions et de prétendre à un vieillissement en bonne santé. Pour plus d’information, l’équipe Holiste est sur le pont en permanence !

Vous pouvez contacter Holiste sur leur site et suivre le Bol d’air Jacquier sur Instagram

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s