La marque parisienne de lingerie Paloma Casile nous fait tourner la tête

De la dentelle, du made in France et des sous-vêtements qui peuvent être portés par toutes… Voilà en résumé pourquoi la marque Paloma Casile nous a donné envie d’en savoir plus sur sa créatrice.

Dans le 1er arrondissement de Paris, les modèles sont pensés par cette créatrice aux mille idées originales, avec une grande finesse et des matières superbes. Présente au Salon de la lingerie chaque année, on comprend tout l’intérêt grandissant que le public lui porte, c’est d’une beauté… Je vous laisse découvrir les dessous de cette marque splendide, et j’en suis sûre, vous serez autant charmé.e.s que moi !

Bonjour Paloma, est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Je suis artisan d’Art et créatrice de Haute Lingerie Française, je suis créatrice de collections de lingerie que nous fabriquons dans notre atelier. J’ai une formation de styliste modéliste, j’ai aussi été formée au patronage et gradation de tailles à la main et je fabrique les premiers prototypes des collections. J’ai décidé il y a deux ans de développer un atelier au cœur de notre Boutique à Paris pour fabriquer nos propres collections. Cela nous permet de nous adapter au mieux aux besoins des clientes et des boutiques qui nous distribuent.

Quels sont vos premiers rapports à la lingerie ? Petite, adolescente ?

Ma mère a toujours aimé la lingerie, je me souviens très bien quand elle m’a emmenée choisir mon premier soutien-gorge. Je me souviens des cabines d’essayages, de l’ambiance… Je pense que l’amour de la lingerie passe aussi par ce premier rituel. Plus tard je suis beaucoup sortie dans des clubs avec des transformistes, on passait des semaines à se confectionner des tenues incroyables avec de la lingerie. Et puis j’ai appris il y a quelques années qu’une de mes arrières grand-mère était lingère et l’autre dentelière, c’était donc quelque part dans mes gènes !

La lingerie, c’est tout d’abord un savoir faire passionnant, c’est très technique, tout ce que j’aime !

Qu’est-ce que vous plaît dans ce domaine ? Pourquoi ?

On m’a poussée à me spécialiser en lingerie pendant mes études de mode et au premier trait sur mon papier de patronage, je savais que c’était le métier que je voulais faire toute ma vie. La lingerie, c’est tout d’abord un savoir faire passionnant, c’est très technique, tout ce que j’aime ! Et puis il y a une dimension humaine car par la lingerie vous pouvez redonner confiance aux femmes, leur apporter l’accessoire qui leur donnera envie de dominer le monde.

Comment est née la marque Paloma Casile ? 

J’ai participé au concours des Jeunes Créateurs de Mode de Dinard en 2012, où je devais présenter une collection complète alors que j’étais en stage chez Maison Cadolle. Mais je ne me suis pas découragée, j’ai travaillé la nuit et j’ai eu le plaisir de recevoir le prix Lingerie. Ce prix comprenait un stand au Salon International de la Lingerie qui m’a permis de présenter ma première collection.

BookCréatif2012-2018
Crédit photo : Nathan Alliard.

Quels sont les secrets de fabrication made in France ?

Les secrets sont l’amour du produit, la minutie et l’attention au moindre détail ! Aujourd’hui, nous produisons en moyenne 2500 pièces par an. Entièrement conçues et produites à Paris, pour moi, c’est ça le luxe. Des matières de qualité, choisies avec soin et des pièces fabriquées dans le respect de l’humain et de l’environnement. Des produits qui durent tout en produisant moins de déchets et des accessoires en métal eco-friendly… C’est un challenge de nos jours où l’on court après les prix bas et la rapidité de fabrication, ici on est un peu hors du temps.

Par exemple, le body Johnny, quelle est son histoire ?

J’ai créé ce body en 2013 pour ma deuxième collection, je voulais mettre au point une pièce en utilisant seulement une bande de dentelle de Calais de 25cm de large. J’ai passé des heures interminables à travailler dessus! La première version s’appelait Patrick. Au départ, j’assurais seule la production dans mon studio dans le 14ème arrondissement de Paris puis il y a 4 ans j’ai déménagé l’Atelier à l’adresse actuelle. Ce body a toujours été fabriqué à Paris. J’ai amélioré la forme, changé de dentelle à plusieurs reprises mais l’idée est restée la même. Il faut 4,35m de dentelle (ce qui est clairement fou) et environ 2h de travail pour réaliser une pièce! Depuis la création du body en octobre 2013, nous avons fabriqué 589 pièces.

C’est ça le luxe. Des matières de qualité, choisies avec soin et des pièces fabriquées dans le respect de l’humain et de l’environnement.

Est-ce un secteur d’activité difficile ? 

Évidemment car c’est métier concurrentiel. Il est difficile de se mesurer à des grands groupes qui pratiquent des prix bas et qui ont les moyens de s’offrir des campagnes de pubs un peu partout. Mais je vois la consommation changer, le client est de moins en moins dupe face à la fast fashion et même si le prix est toujours une des principale préoccupation, on réfléchit plus avant d’acheter. Cette prise de conscience profite donc aux créateurs !

BookCréatif2012-2018
Crédit photo : Nathan Alliard.

Quel est votre univers, vos inspirations pour créer ?

L’architecture, la musique, une broderie ancienne, un film, une femme croisée par hasard, une porte en bois, des tatouages… L’inspiration est partout il suffit d’un détail qui va m’interpeler. Ces détails vont donner l’idée d’une découpe, d’une finition mais c’est le choix de la matière qui va réellement définir le modèle. C’est l’élément essentiel. J’aime aussi la structure de la corsetterie traditionnelle qu’on avait l’habitude de cacher. Je préfère au contraire utiliser ces coutures comme éléments graphiques grâce à des jeux de transparence.

Qu’avez-vous envie de répondre aux femmes qui ne voient pas l’intérêt de la lingerie ?

C’est pas grave, on n’est pas obligé de tout aimer. L’important c’est de se sentir bien dans ce que l’on porte !

Avec quelles marques peut-on combinez vos dessous, pour s’habiller, que vous aimez ?

Je porte beaucoup la marque All Saints, sinon je pioche chez des créatrices que j’aime beaucoup comme DSTM ou Creepyyeha pour les accessoires. J’aime aussi aller chiner des pièces en seconde main à Paris chez Episode ou pendant mes voyages (Beacon Closet à Brooklyn est mon endroit préféré pour faire du shopping). Je vois la lingerie comme un accessoire, on peut la cacher sous un pull ou la montrer sous une robe décolletée. La porter sous un jogging ou un tailleur. Elle peut s’adapter à beaucoup de tenues et de styles différents. C’est à celle qui la porte de décider !

BookCréatif2012-2018

Quand vous ne travaillez pas, que faites-vous ?

Je dors ! En tant que créatrice et cheffe d’entreprise, je n’ai pas le temps de m’arrêter. Il y a toujours des choses à faire. Se ressourcer est difficile mais j’essaye de prendre plus de temps pour moi.

Quelles sont vos bonnes adresses parisiennes ?

En ce moment, pour déjeuner j’aime aller chez Bocamexa rue Réaumur ou au Comptoir de la Gastronomie (leur sandwichs sont fabuleux). Vers chez moi, j’aime aller m’acheter des fleurs dans une toute petite boutique au 40 avenue de Saint Ouen ou manger des bentos chez Thé vert à la Fourche.

Paloma Casile Lingerie -2

Dernière question, quel est le modèle de votre collection le plus arrogant ? 

Le soutien-gorge Séduction Jane, sans hésiter.

_EDN5461.JPG
Crédit photo : Edouard Nguyen.

Retrouvez tous les modèles de lingerie Paloma Casile sur son site et son e-shop

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s