Les conseils beauté de Nolyne Cerda

Nolyne, c’est le genre de personne que l’on rencontre comme ça, lors d’un tournage en Espagne pour ELLE avec Jeanne Damas et Mango, et que l’on n’oublie pas. Des journalistes, j’en ai côtoyé plusieurs mais Nolyne Cerda, elle a ce truc magique qui fait que l’on se sent bien en sa compagnie.

Alors pourquoi ne pas mettre en lumière celle qui, depuis plusieurs articles pour le site de ELLE, éclaire par ses mots ou ses vidéos des stars de la beauté ? Parisienne du Marais, présente à tous les événements qui secouent la capitale en matière d’esthétique, de make-up ou de bien-être, passionnée de parfums et féminine dans la peau, on n’a pas hésité une seconde à lui demander ses conseils pour affronter l’hiver en toute sérénité. Et vous allez voir, elle regorge d’astuces à appliquer !

L’Arrogante : Hello Nolyne, peux-tu te présenter en quelques lignes, qui es-tu ? Que fais-tu ?

Nolyne Cerda : Hello Stéphanie ! Difficile de parler de moi… Je dirais que je suis une hypersensible de 26 ans (plus proche des 27 que des 26 d’ailleurs), Normande et très attachée à mes racines et ma famille. Je suis journaliste aussi, passionnée par la musique (je joue du piano et je chante), l’Histoire, la danse (je suis fan de comédies musicales et de danse classique), Disney (je collectionne les beaux livres) et la nature.

En quoi consiste concrètement ton métier ? Fais-nous saliver !

Nolyne Cerda : J’écris pour les rubriques beauté, forme et bien-être de ELLE.fr essentiellement. Je peux aussi bien parler de la dernière coiffure de Millie Bobby Brown que m’intéresser aux problématiques de peaux, par exemple, ou interviewer des entrepreneurs, des célébrités ou des nez ou encore aller dans les backstages de défilés ou tester des (tas) de produits… Il m’arrive de voyager loin, très loin et c’est une chance extraordinaire car je suis particulièrement curieuse.

Deux choses m’animent dans mon métier : rencontrer des personnalités différentes pour rédiger leur portrait et le parfum. Au départ, je ne me destinais pas du tout à l’univers de la beauté (mais plutôt à la société et à la culture), je suis tombée par hasard dedans et, assez rapidement, j’ai cultivé un profond intérêt pour la parfumerie. A mon sens, le journalisme est l’un des plus beau métier du monde, quand on le fait avec passion. On apprend tous les jours quelques choses, on bouge, on parle, et surtout on met en lumière des idées, des projets et des personnes passionnant(e)s.

Experte beauté, quels sont tes conseils pour affronter l’hiver en toute sérénité ?

Nolyne Cerda : Sans aucun doute exfolier et hydrater sa peau plus que jamais. J’apporte davantage d’importance aux soins qu’au maquillage. C’est bateau mais tout commence par là et je vois encore trop de gens qui ne font pas attention à leur épiderme. Mais j’adore aussi constater que les hommes s’y mettent de plus en plus. Par exemple, les copains et frères de mes amies me parlent souvent et ouvertement des crèmes que j’ai pu leur donner et qu’ils adorent, je trouve ça génial.

Peux-tu me donner tes rituels beauté au quotidien ?

Nolyne Cerda : Le matin, je m’asperge le visage d’eau froide et je fais un gommage doux tous les trois jours. Après chaque contact avec l’eau du robinet, je vaporise de l’eau de rose pour enlever les traces de calcaire et stimuler mes cellules. C’est vraiment mon produit magique ! J’applique ensuite un sérum. En ce moment, j’adore le Cicapair de Dr. Jart+ et je finis avec la crème hydratante aux superaliments de Youth to The People. Deux vrais coups de coeur. Puis je me maquille légèrement avec juste un peu de poudre, du mascara et un rouge à lèvres ou un gloss. Le soir, je me démaquille à l’huile – celle à la rose de Melvita est ma préférée. C’est ultra sensoriel, ça sent bon, ça chouchoute ma peau et surtout ça nettoie en profondeur après l’avoir émulsionnée ensuite avec un peu d’eau. Je recommence avec l’eau de rose et je finis avec une huile de nuit – la Détox de Caudalie ou Midnight Recovery de Kiehl’s. J’accorde énormément d’importance aux textures et aux odeurs. Donc le soir c’est un réel plaisir de me démaquiller, c’est une vraie parenthèse bien-être. Rien ne m’y fera déroger, même malade !

Le rituel du matin de Nolyne : eau froide sur le visage, gommage doux et eau de rose vaporisée. Ensuite, sérum et crème hydratante, appliqués en douceur. 

Qu’est-ce que tu as appris, que tu aimerais nous transmettre, sur les choses à faire / à ne pas faire pour avoir une belle peau ?

Nolyne Cerda : Ne surtout pas froisser sa peau et bien la protéger. C’est bien beau de la crémer, la nettoyer et tout le reste mais si au moment d’appliquer son soin on y va à toute vitesse, avec des gestes violents, c’est terrible. La règle ? Appliquer son sérum et sa crème en douceur, sans frotter ses mains mais en étirant le soin du centre du visage vers l’extérieur. Pour le sérum, je réalise de petites pressions avec les mains, posées en à plat, pour que ça pénètre bien.

Penses-tu qu’il y a un lien entre le bien-être, le bien apparaître et l’alimentation ?

Nolyne Cerda : Totalement. C’est un cercle vertueux ou vicieux si on s’y prend mal. Si tu te sens bien dans ta tête, tu manges plus sainement et tu vas du coup dégager quelque chose de radieux et positif. Je suis très expressive, mon visage et mon regard me trahissent en permanence. J’ai donc pris le parti de sourire le plus possible pour communiquer de la joie aux autres mais aussi à moi-même. C’est l’une des plus belles leçons de vie/ beauté/ bien-être de ma mère. Mais attention, il m’arrive de tirer la tronche et c’est franchement pas sympathique !

Peut-on dire que Paris rime avec beauté ? Est-ce évident de prendre soin de soi ici ?

Nolyne Cerda : Oui, mille fois oui ! De par son architecture, son histoire, sa dynamique et ses gens, Paris est synonyme de beauté. En France, on a une importante culture du beau et ça passe aussi par notre personne. On y trouve énormément de centres d’esthétique, de spas plus ou moins abordables. Il y en a pour toutes les bourses. Et j’adore l’existence / l’émergence de toutes ces boutiques qui magnifient l’univers de la beauté. Je pense à Nose, spécialisé dans les parfums de niche, mais aussi à Oh My Cream ou encore la boutique Birchbox. Il y a une nouvelle approche du bien-être et de l’apparence et je trouve ça vraiment stimulant. Il suffit de voir l’espace beauté hyper pointu du Bon Marché ou le nouveau Printemps de la beauté pour comprendre qu’il y a une réelle demande et un espace de jeu et d’expression très vaste dans ce domaine.

Quels conseils peux-tu nous donner pour 2018 ? Qu’est-ce qui te motive quand tu te réveilles alors qu’il neige, qu’il y a le métro ou le boulot ?

Nolyne Cerda : Lire plus, faire davantage attention aux autres et regarder les détails qui nous entourent. Je le pense sincèrement. J’adore les réseaux sociaux et je ne peux pas me passer d’Instagram mais il faut réussir à voir au-delà, recréer de la bienveillance et réapprendre à prendre du temps pour soi. Je viens de finir le dernier livre de Meik Wiking « Le livre du Lykke, le tour du monde des gens heureux » et ça a vraiment fait sens dans ma tête, tout comme le dernier de Jean d’Ormesson « Et moi, je vis toujours ». C’est l’idée de reprendre ses fondamentaux à la base. Alors, le matin pour me motiver j’essaie d’être la plus positive possible, j’imagine et je rêve beaucoup. Mes perspectives me motivent mais aussi mes ami(e)s, ma famille et mes projets – j’en ai des tonnes.

V o i l à ! 😝 #rimmelxcara #caradelevingne #photogroupie

A post shared by Nolyne Cerda (@nolynecerda) on

À ton avis, quel est le produit le plus arrogant de ta salle de bain ?

Nolyne Cerda : Mes parfums. Ça peut être arrogant un parfum, non ? J’en ai une flopée et j’adore les mélanger. J’aime construire un sillage en fonction de mon humeur ou de ce que je veux faire re-sentir. J’ai besoin de douceur, je vais me diriger vers l’Eau de Bonpoint, La Cologne du Parfumeur de Guerlain ou Bois Blond ou Figuier Ardent d’Atelier Cologne. J’ai besoin de jouer sur le charnel et la force, je vais mélanger Marrakech et Tacit d’Aesop. J’ai besoin de soleil, je me rue sur Fico di Amalfi d’Aqua di Parma ou la fleur d’oranger de Fragonard. C’est un vrai jeu pour moi et donc totalement arrogant je pense.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s